Expression CEA

Prévisions astrologiques

 

Les transits planétaires de Pluton, Neptune, Uranus, Saturne, Jupiter

par Martine Eleonor©

PLUTON EN CAPRICORNE : 2009 - 2024

 

Quelques pistes de réflexion :

« Je suis responsable de mon Monde. »

Chacun, à son niveau, peut construire un monde durable.  Nous avons les informations pour le faire.  Bien sûr, cela demande des efforts, une conscience.  Nous pouvons choisir d’être des citoyens responsables sans devenir graves, ou tristes, nous pouvons choisir le plaisir, un plaisir qui ne soit pas destructeur.

D’abord commençons par nous poser les bonnes questions : D’où vient ce produit que je m’apprête à acheter ? Que contient-il ? Est-ce sain ? Utile ? Comment a-t-il été acheminé ici ? Quel est l’impact sur l’environnement ? En ai-je besoin ? Y a-t-il d’autres alternatives ?

« Une civilisation, ma civilisation. »

Une civilisation s’achève : celle de l’euphorie perpétuelle.  Et pourtant, nombreux sont ceux qui continuent à y croire, à courir d’une sensation à l’autre, à dépenser de l’argent et les ressources planétaires pour vivre intensément.

La civilisation dépend de nous.  Nous pouvons regarder la vérité en face et nous impliquer dans l’avenir du monde.  Il y a tant de domaines où nous pouvons agir, ne pas détourner le regard, changer d’habitudes, résister à une pulsion destructrice ou génératrice de souffrance, choisir une nouvelle façon de vivre.
Quelle civilisation voulez-vous ?

Résister aux pressions.

Il arrive qu’on soit poussé à agir en contradiction avec ce que l’on sent au fond de soi. Stop. Les jeux de pouvoir sont épuisants et angoissants.  À tous les niveaux de la société et de la famille, certains ont l’art de trouver nos points faibles et d’en jouer pour obtenir ce qu’ils veulent.  Avant que cela n’aille trop loin, il vaut mieux mettre fin aux abus directement. 

Rebelle, rebelle.

Dire « Non », de façon ferme : quand la rébellion est constructive et même créatrice de changements, on prend position pour la vie.

Vues à long terme.

Nous sommes prévenus : on doit changer d’habitudes, on peut modifier nos réflexes au quotidien, pour la planète, la nature, les animaux, nos enfants et petits-enfants. Être libre, c’est choisir. Or, nous pouvons choisir un monde meilleur. Ne pas faire le choix de la facilité, de l’habitude.  Nous sommes les consomm-acteurs, si nous optons pour un produit plutôt qu’un autre ou si nous boudons un article, nous avons un impact sur le marché.

 


Engin Akyurt Pixabey

 

Acheter bio, sain et/ou local. Pas d’OGM, pas de pesticides, pas de crasses.

Lire les étiquettes. Sucres, conservateurs, graisses, huile de Palme…

Redéposer des articles en rayon. Non merci.

Penser aux ours polaires qui n’ont plus de banquise, aux abeilles, aux générations futures.

S’informer, se renseigner.

Faire des choix non polluants.

Opter pour le bien-être animal.  La barbarie n’est pas acceptable.

Remplacer la viande par des protéines végétales ou des insectes.

Penser commerce équitable, respect des travailleurs.

Favoriser les petites entreprises, les commerçants indépendants : le boulanger, le fleuriste, le libraire, l’artisan.

Réduire sa consommation de produits importés. Pourquoi du poisson élevé en Afrique, des vêtements fabriqués en Chine, des haricots du Chili et des pommes de terre de Chypre ?

Les forêts ont besoin de nous, nous avons besoin des forêts.

Offrir du temps, des cadeaux faits main, un bon pour une balade, un musée, un pique-nique, bref des valeurs.

Résister aux pulsions de facilité et d’habitudes.

S’entraîner à exercer son pouvoir, à faire de nouveaux choix.

Innover.

Garder le cap : Nature et Futur.

Persévérer.

 

Administration.


Si l’on veut survivre dans le monde d’aujourd’hui, on doit se mettre en ordre au niveau administratif.  Accepter les règles du système, saisir les opportunités qui nous sont proposées pour garder nos droits sociaux.  Les démarches administratives sont pesantes ?  Faites-en un jeu.  Il y a de bonnes idées aussi.

Réussite et échec.


Quand la confiance est ébranlée, il est temps de faire le point.

Le but que nous poursuivons est peut-être à revoir.  Il est temps de changer de point de vue. 

Quelle opportunité se cache au cœur de cette difficulté ?  Comment tirer le meilleur parti de la situation ?  Comment m’ajuster à la réalité ?

« Il y a des échecs vertueux qui nous disent que la voie qu’on poursuit ne nous correspond pas » (Charles Pépin)

Difficile d’être fort et performant tout le temps et dans toutes les situations.

Même si l’on veut maîtriser notre destin, garder le contrôle, travailler et persévérer, il est parfois vain ou même dérisoire de poursuivre dans une direction.  Renoncer, même provisoirement, peut être une vraie solution, un acte de bon sens.  Capituler et passer à autre chose, changer son fusil d’épaule, faire demi-tour, tourner la page.  Lâcher prise, déconstruire, repartir à zéro. 

Abandonner vos attentes.  Briser les chaînes, les schémas du passé.  Vous régénérer, vous réinventer.

« Je ne connais pas le secret de la réussite, mais le secret de l’échec est de toujours essayer de réaliser la volonté des autres. »

Arsty Bee Pixabey

Le changement est permanent.


Les cycles de transformation sont un processus naturel.

Naissance, vie, mort, renaissance. 
Tout a une fin, qu’on le veuille ou non. 

Faire son deuil permet d’accueillir ses émotions, sa vulnérabilité, son humanité. 

Accepter l’inconfort de l’inconnu.  Se donner le temps avant de passer à autre chose. 
Attendre une vraie pulsion vitale pour entamer un nouveau cycle. 
Sentir l’appel de la vie en soi, choisir une direction plutôt que de reproduire ce qu’on connait.

Évolution.

Quelle évolution se manifeste pour moi dans ma vie ?

Sagesse ancestrale

Les valeurs des anciennes générations reposaient sur le sens du devoir et du travail, l’acceptation de la dureté de la vie.

Être réaliste, avoir du bon sens, endurer des moments difficiles et se mettre à l’abri en attendant de jours meilleurs : et si cela faisait partie de la vie ? Et si la vie consistait à la vivre ?

Tenir compte de la réalité.


Si l’on observe la nature, on peut mieux comprendre en quoi consiste la vie sur terre.

Les cycles, les saisons, terre fertile et zones de culture plus arides, cohabitation des plantes entre elles, prédateurs et parasites, systèmes de défense, adaptation à des conditions difficiles.

Regarder des émissions consacrées à la science, aux animaux. Dans quel système vivons-nous ?

Guenther Dillingen Pixabey

Rompre avec l’isolement, apprivoiser la solitude.


Isolement social : on peut à tout moment dans la vie se refaire un réseau social, entretenir des contacts et sortir de chez soi. 

Certaines activités sont payantes, d’autres gratuites.  Stimulez votre imagination, prenez des initiatives et identifiez vos vrais besoins au risque d’être envahi.  

Solitude émotionnelle : on peut souffrir de la solitude depuis l’enfance ou se sentir seul suite à la perte d’un proche. 

Remplir le vide en se chouchoutant, parler de son chagrin à la vie, dans un cadre rassurant ou thérapeutique, se confier à son Journal intime, chercher ce qui nous fait du bien, ce qui nous répare.  
Vous pouvez entretenir une belle relation chaleureuse avec vous-même : prenez soin de vous, veillez sur vous.

Développer l’autonomie.


Attendre tout des autres ou croire encore que la société va pourvoir à nos besoins est une utopie.  Prendre des initiatives, se mettre en mouvement et rester concentré procure un sentiment de satisfaction personnelle.

Éliminer, renoncer.


Durant ce cycle, nous ferons le point sur nos objectifs, nos réalisations, nos projets en cours. 

Quand faut-il persévérer et à quoi vaut-il mieux renoncer ?

S’entêter dans une direction ou subir une situation qui nous fait souffrir signifie qu’on a une appréhension. 

Et si nous apprivoisions nos peurs afin qu’elles n’aient plus d’emprise sur nous ? 

Que se passe-t-il si l’on arrête le processus, si l’on met fin à l’engrenage ? 

Soyons curieux, osons déconstruire ou tout remettre en question. 

Faire demi-tour est parfois la meilleure solution, mais les personnes très persévérantes vivent cela comme un échec. 

Consacrer sa vie à poursuivre un rêve qui tourne au cauchemar, s’obstiner en dépit du bon sens, n’est pas la solution, il vaut mieux revenir sur nos pas ou nous orienter dans une nouvelle direction, en tout cas, s’arrêter. 

Parfois, il vaut mieux reconnaître qu’on a besoin d’aide pour avancer dans l’inconnu.

Revenir à l’essentiel.

Pluton élimine beaucoup de nos illusions, c’est vrai.  Mais ne nous laissons pas démoraliser.  Le Capricorne a des ressources. L’essentiel est là, à notre portée.

Régénérescence – Créativité.

Quand on a lâché tout ce qui est dépassé, ou qu’on a fait son deuil, on se sent revivre.  On retrouve sa motivation, l’énergie créative circule de nouveau. Un nouveau cycle démarre.

NEPTUNE EN POISSONS : 2012 – 2025


Pixabey 12019

Compassion – Amour – Méditation – Créativité

– Silence– Fuite – Retraite.

Illusions – Mirages – Fragilité – Faiblesse – Douceur– Impuissance – Dépendances.

Neptune poursuit sa lente exploration dans le signe des Poissons.


Sur le plan social, on se sent en empathie avec la souffrance des individus et du monde.

Qu’est ce que la spiritualité aujourd’hui ?


Ne confondons pas la spiritualité avec la religion ou le mysticisme. 
La spiritualité est un ensemble de valeurs, de réflexions à propos de la conscience humaine.

Nous avons été éduqués avec des idéaux humains qui nécessitent un tri quand nous devenons adultes.

Périodiquement, nous pouvons revoir et actualiser nos principes, nous ajuster à des valeurs authentiques.

Nous avons en nous la capacité de distinguer le bien du mal, la justice et l’injustice, la vérité et le mensonge. 

« En tournant son regard vers l’intérieur, vers la partie la plus profonde de soi, la spiritualité constitue une source d’inspiration, de confiance, d’énergie et d’encouragement permettant de faire face aux défis quotidiens, de retrouver nos besoins véritables et nos vraies valeurs.  La spiritualité répond aussi à un besoin de sens, d’authenticité et de liberté personnelle, la recherche de sérénité. » (Petit cahier d’exercices de spiritualité aussi simple qu’une tasse de thé – Sandra Huygen-Dols et Frans Goetghebeur, éd. Jouvence)

Les croyances : des théories à vérifier.


Il arrive que nous ayons une haute idée de ce qu’est la spiritualité. Haute et parfois fausse.

Sur le terrain, nos croyances peuvent être balayées. 

Être humain et spirituel, c’est un chemin où l’on se confronte aux illusions et à l’expérience.

On peut dire que la spiritualité c’est de l’Amour.  Amour et compassion pour les autres et pour toute forme de vie humaine, animale, végétale etc. Amour et compassion aussi pour soi. Pardonner, se pardonner.

Le pardon, le partage, le cœur, la compassion peuvent aussi être des pièges si l’on abuse de notre générosité ou si l’on exploite les bons sentiments.  

Comment savoir quand tendre la main et quand c’est un piège qui peut se retourner contre soi ?

L’intuition.


Geralt Pixabey


Cette présence bienveillante qui veille sur nous, nous aide à discerner les nuances. 

Nous pouvons être abusés par notre cœur, nos fantasmes et nos projections, mais quand nous nous égarons, une alarme retentit en nous : notre ressenti ne nous trompe pas. 

Le défi, c’est de s’arrêter.  Or, on est souvent tenté de poursuivre comme un somnambule. 

Nous pouvons nous protéger, y compris de nous-mêmes. 

Si nous restons branchés sur notre intuition, nous restons connectés à notre Source.

Est-ce de l’amour ?

Sous l’influence de Neptune, nous prenons conscience de nos faiblesses, de nos dépendances et de nos illusions.

Pour être aimé, ou par facilité, nous cédons. 

Êtes-vous sûr qu’il est impossible d’agir autrement ?  Dans ce cas, faites-vous aider. Apprenez à dire Non, sans agressivité, ni culpabilité. Votre ressenti a sa raison d’être. 

Bénévolat.

On peut consacrer du temps et s’investir pour une cause, une œuvre, créer un monde meilleur.

Créativité.

Nous avons tous une âme d’artiste, dans un domaine qui nous inspire.
Créer n’est pas réservé à une élite. On peut créer avec ses mains, son cœur, son corps, sa vision, son âme, créer une entreprise, donner forme à un projet.
En suivant votre inspiration, vous vous concentrez sur l’instant présent.
Créer apaise et ressource.

Méditer.


Leninscape Pixabey


La méditation est un bon outil pour se centrer, observer ce qui nous habite et contempler les mouvements du monde, sans agir, simplement être présent.

Avant d’agir comme on a l’habitude de le faire, on prend le temps d’observer ce qui est en jeu, on s’observe soi, de l’intérieur.

L’action qui naîtra de cette observation sera plus adéquate que si l’on agit sous le coup d’une émotion ou d’une pulsion.

« Entre deux pulsions, il y a un espace ou je suis libre. »

Il y a plusieurs façons de méditer, je choisis celle qui me convient.

Méditer avec un support symbolique : astrologie, tarot, cycles lunaires… ou créatif, la marche, le voyage...

Méditer en créant, en marchant, en nettoyant et en rangeant son environnement, en jardinant…

Les Amérindiens méditent dans la nature pour demander une direction. Connectés à l’Esprit de la Nature, ils  partent en quête de vision.

Auto-bienveillance.


Pratiquer l’auto-bienveillance, s’entourer d’un amour infini, s’écouter avec gentillesse, comme on écoute un enfant ou un ami.

J’ai le droit de me sentir faible, fragile, humain, dépassé, en souffrance, incompris.  Je suis là pour moi. Je me soutiens, je me guide, pas à pas.  Je m’accompagne, je m’aide.  S’il le faut, je me fais aider, je demande une aide extérieure.  Je cherche un réconfort, un apaisement.
Si je sens que je perds pied, je m’arrête.  Si je me noie, je demande de l’aide.   

Dzako83 Pixabey

Je ne veux pas me mentir, j’évite de me raconter des histoires, de me faire des films, et si je le fais, je me protège avant de retomber dans des schémas de dépendance, des scénarios de désillusion. 

Victime ou sauveteur ?

Si j’aide autrui, je garde le cap de l’autonomie, aussi bien pour lui ou elle que pour moi.  Je rends l' autre autonome et je reste libre.
Je ne laisse personne abuser de ma gentillesse, de mon bon cœur, jouer avec mes sentiments et mes rêves.
Si je me sens victime, je commence par me sauver moi-même.

Fusion, amour, aliénation et dépendance.

Je m’exerce à rester libre.  En cas de danger, je me prescris une cure de sevrage.

La dépendance est partout : dépendance relationnelle, dépendance affective, dépendance aux produits, aux réseaux, aux paradis artificiels. 

Embellir la réalité.

Pour nous vendre du rêve, on nous tente avec des images de bonheur, de réussite, et nous avons envie de croire à l’enchantement.  En musique, avec des parfums, des couleurs, de belles paroles, nous sommes amenés à consommer, à nous laisser envoûter, pour suivre un rêve.

Regardez bien ce qu’on vous vend et ce qu’on vous prend derrière ces slogans et ces scénarios idylliques.

L’escroquerie consiste à s’engouffrer dans la brèche, la faille, votre fragilité.

Mondes subtils.

On peut se relier à une source d’amour et de protection.  
Dieu – L’Univers – La Vie – La Source – L’Ange – Les Guides, les Alliés – L’Amour – La Lumière – Mon intuition, mon âme, mon corps  – La synchronicité, la prière, les demandes à l’Univers, à la Lune, à ma mémé, mon papy… 

Attention à l’exaltation.  Je risque de m’égarer.

Je note ce qui me convient, ce qui m’apaise.

Pensez aux antidotes : le réalisme, le bon sens, le recul, l’expérience, l’action juste, l'humour.

Le rêve.

« I have a dream. »  Nous avons tous un rêve en nous, des rêves, une légende personnelle.  Ce rêve évolue et se transforme avec chaque décision que nous prenons et chaque leçon de vie que nous intégrons.

URANUS EN BÉLIER : 2011 à
mai 2018 et de déc. 2018 à mars 2019


Funky Focus Pixabey

Gardez de l’énergie pour vos projets.
Anticipez le changement.
Exercez-vous à innover, à tester, à entreprendre, à changer d’habitudes.

Et si ce changement était une opportunité ?

Si j’essayais autre chose. Autrement.
Si j’ouvrais une porte.
Si j’osais.
Si je me libérais ?

Uranus en Bélier nous apprend à nous adapter, à rester curieux et inventif vis-à-vis de la nouveauté.
Intégrer puis se séparer du groupe.

Être solidaire puis se désolidariser pour ne pas se perdre dans la masse.
Avoir le sens de l’équipe et le goût de la conquête.

TERRORISME, VIOLENCE, INDIFFÉRENCE ET ÉGOÏSME.

Quelle est la place de la violence dans votre vie ? Comment réagissez-vous à la violence, à l’indifférence ?

Il y a parfois du « terrorisme » dans nos vies aussi. Il est temps d’y mettre fin.

Pourquoi cette agressivité, cette violence partout ? Que puis-je y faire, dans mon monde à moi ?


Neu Paddy Pixabey

Confrontation entre Uranus en Bélier et Pluton en Capricorne :

L’ancien monde, l’ancien mode de pensée 
et le nouveau monde, un nouveau mode de pensée, 
qu’allons-nous conserver ?  qu’allons-nous créer ?

Pluton en Capricorne :


Prendre le temps
D’éliminer
De voir la vérité en face
De reconnaître le choc, la violence, l’impact.

Rester concentré, achever ce que j’ai commencé avant d’entamer autre chose.

Retrouver le sens du travail bien fait, accomplir des recherches, prendre le temps.

Respecter ma nature profonde.

Qui suis-je vraiment, au-delà des conditionnements, de l’éducation, des modes.
Qui suis-je dans cette relation, dans cette situation, qui je veux être.

Citoyen responsable, 
que puis-je faire pour moi ?
pour la société ?
pour l’environnement ? 
pour les générations futures ?


Bess Hamiti Pixabey

Uranus en Taureau : de juin à nov. 2018 et avril 2019 à avril 2026

VITESSE ET LENTEUR


Annca Pixabey


L’épuisement nous guette dans un monde où tout va vite.
On s’habitue à obtenir tout très vite, on cherche encore à gagner du temps.


Tourbillons d’activités, de sollicitations.
Nouveautés à emmagasiner. Trop d’informations, de médias, d’écrans, de digital.

Face à l’insécurité sociale, l’homme et la femme d’aujourd’hui sont obligés d’être actifs et performants.

Se connecter à soi ou aux autres ?

Se déconnecter des écrans, du monde virtuel.

Innover ou conserver ?

Avec Uranus en Taureau, nous réfléchirons aux valeurs de Vénus, la planète du Taureau : - la paix - prendre le temps de savourer la vie - savourer ce qu'on a - gérer les acquis - retrouver le plaisir.

SATURNE EN CAPRICORNE : 2018 - 2020

Saturne ralentit le temps, ce qui permet de mieux comprendre le signe qu’il traverse.  Le Capricorne est le signe dans lequel Saturne est en domicile.

Signe de Terre, réaliste, persévérant.  Signe d’hiver : la nature lutte contre les conditions extrêmes, elle résiste et veille, jour après jour. 

Que me dit la Nature ? Que me dit ma nature ?

LE TEMPS.

On s’intéressera durant ce cycle au rapport qu’on entretient avec le temps, les échéances, les plannings.

Qu’est ce que je fais de mon temps ?

Prendre le temps – Accepter que cela prenne du temps – Parfois, certaines situations ont besoin de temps pour mûrir, lentement. 

Patience, inutile de forcer les évènements.

Dans l’attente, je pratique l’attente créative.

LES LIMITES.


Les miennes, celles des autres, celles de la société.  Les limites inhérentes à la vie sur terre, à la réalité.

Mettre mes limites, faire respecter et respecter les limites.


Sart Design Pixabey

LE CADRE.


On peut créer à l’intérieur d’un cadre, respecter les balises ou vouloir changer de cadre.

LA SOBRIÉTÉ.


Pratiquer la sobriété heureuse, pourquoi pas ?  Savourer ce que j’ai, vivre avec l’imperfection. Si vous avez tendance aux excès, Saturne en Capricorne vous aidera à pratiquer une ascèse dans le domaine concerné.


Me désencombrer, m’économiser, être à l’écoute de mes besoins véritables.

L’AMBITION.


Vouloir s’élever, donner le meilleur de soi, réussir, éprouver un sentiment de fierté, développer l’estime de soi : intéressant si cela a un sens.  Attention à ne pas devenir amer et seul.

RESPONSABILITÉS.


Me prendre en charge, veiller sur moi avec gentillesse, être à l’écoute de mes besoins, accepter mes limites,  assumer mes responsabilités : c’est ça, être adulte.  Oui, les frustrations font partie du lot.


Klimkin Pixabey

OBSTACLES.


Ils sont sur tous les chemins de la vie sur terre. On peut tenter de les surmonter, les contourner, on peut aussi faire demi-tour et renoncer.  Résoudre les problèmes peut être créatif. Les obstacles sont l'école de la vie.

ÉCHECS.


Dans la première partie de son existence, le Dieu Saturne détrône son père, Uranus, qu’il juge responsable du chaos. Saturne se hisse au sommet et règne avec rigueur. Un oracle ayant prédit qu’il serait supplanté par un de ses enfants, il dévore sa progéniture. 

Son fils, Jupiter, caché par sa mère, revient pour le défier, le somme de régurgiter ses frères et sœurs, les jeunes dieux et déesses, puis s’empare du pouvoir avec eux.

Saturne s’enfuit en Italie avec sa femme Rhéa où il fonde l’Âge d’Or, une période de sérénité.

Cette lutte contre l’adversité révèle la crainte l’échec et les moyens à mettre en œuvre par aboutir à ses fins.  
Nous vivons dans une culture qui valorise la réussite individuelle.  À quel prix ?


Je me raconte mes échecs.  Qu’ai-je appris ? Qu’ai-je fait de mes échecs ?


Webandi Pixabey

LA SAGESSE.


Saturne est souvent représenté comme l’Ermite, la lame IX du Tarot, un aïeul plein de sagesse. 

On peut développer en soi cet archétype sous une forme masculine ou féminine : le ou la Sage, l’Ermite, l’aïeule ou l’aïeul qui se retire dans la nature pour méditer. 

La « sagesse » consiste souvent à accepter la réalité et à coopérer  avec elle. 

Comme le dit Byron Keatie : « Quand je me bats contre la réalité, je perds seulement à 100%. »

Suivre la raison comporte des avantages. 

Viser une certaine sagesse va de pair avec une bonne dose d’humour, de légèreté, de bienveillance, y compris vis-à-vis de soi-même.  
Que me prescrit la sagesse ?  Que me dicte la raison ?

APPRENTISSAGE – EXPÉRIENCE.


Chaque expérience est intéressante sous l’angle de l’apprentissage. 

Si l’on ne veut éprouver que de la joie ou du plaisir, on résiste au courant de la vie. 

Dans tout apprentissage, il y a des phases de tentatives maladroites, des périodes de frustration, et aussi des victoires sur soi-même. 


Bosman Erwin Pixabey

LES ANCIENS – LES AÏEUX – VIEILLIR.


Quand on est jeune, on croit qu’on ne vieillira pas, on ne réalise pas ce que c’est que vieillir. 

Dans certaines cultures, les Anciens sont respectés, entourés, protégés.  En Occident, on valorise l’image, la santé, la jeunesse, l’indépendance. 

« On n’a encore rien trouvé de mieux pour rester en vie que de vieillir. » dit Guy Bedos. 

Vieillir est un défi qu’on se lance à soi-même. 

Les « vieux » des anciennes générations avaient leurs scénarios, liés aux valeurs de l’époque, pour aborder l’âge mûr.

Aujourd’hui, on a davantage le choix, on est encouragé à rester autonome le plus longtemps possible et la médecine, les loisirs actifs offrent de nouveaux espoirs. 

Reste que vieillir peut être angoissant par moments.  L’amour de soi constitue une trousse de secours universelle. 

Beaucoup de nouveaux métiers sont en lien avec les seniors.

SOLITUDE.


Même s’il est vrai que l’être humain a besoin de liens, on ne nous apprend pas à être seul, à trouver en soi une présence amicale.

Il arrive que l’on soit seul au milieu des autres. 

Certains recherchent la solitude, d’autres la craignent, la subissent, la fuient, la cultivent. 

« Nous ne sommes pas seuls, nous sommes uniques. »

La solitude peut devenir une amie, une alliée.

NATURE.


Relié à la nature, on se sent moins seul. 

La nature parle à ceux qui y sont sensibles.

 

JUPITER EN SCORPION : de déc. 2017 à déc. 2018

Dans le signe du Scorpion, Jupiter va nous apprendre à :

Protéger notre jardin secret ;

Préserver notre énergie, notre force vitale ;

Développer notre pouvoir ;

Explorer notre inconscient ;

Retrouver un sens.

Poussés à correspondre  aux modèles qu’on nous impose, on perd le sens de ce qui est vrai, vital pour nous. 

Dire non, se rebeller et suivre son instinct, suivre le courant de la vie se révèle être une aventure passionnante.

Trouver en soi ce guide, choisir des mentors qui incarnent ce qu’ils prônent et se créer sa propre philosophie.

B O N N E A N N É E 2 0 1 8

Martine Eleonor


Vous désirez plus d'informations ?
Visitez la version PC du site ou bien contactez-nous !